Rencontre avec Ryoko Sekiguchi

Solidarite Japon 34 Event

La librairie Sauramps et Solidarité Japon 34 vous invitent à une rencontre avec la poétesse, essayiste et traductrice japonaise Ryoko SEKIGUCHI
à l'occasion de la publication de son récit : "Ce n'est pas un hasard : Chroniques japonaises " Comment écrire sur et après la catastrophe du tsunami du 11.3.11 ?

le mercredi 21 mars 2012 à 19h00
Lieu: Librairie Sauramps - Allée Jules Milhau - Comédie - Centre ville de Montpellier (entrée libre)
> A 19h00 : Rencontre-débat et lecture avec Ryoko Sekiguchi qui nous fera part de son regard sur la catastrophe de Fukushima, de sa vision du Japon dans la relation Orient-Occident. La soirée sera accompagnée d’un dégustation d’amuse-bouches japonais confectionnés par l’auteure, grande connaisseuse de la cuisine japonaise.

Le Salon du livre de Paris met à l’honneur le Japon et ses littératures. Ryoko Sekiguchi, née en 1970 à Tokyo et vivant à Paris, est poète et traductrice. Prix Cahiers de la poésie contemporaine, en 1988, elle publie en japonais, est traduite en français, et écrit en français depuis 2003. Traduisant du français au japonais et vice-versa, elle considère son travail comme toujours « traversé par une certaine manière d’être à deux ». Elle a écrit notamment Héliotropes et Deux marchés, de nouveau, Calque, aux éditions P.O.L. Elle a traduit, entre autres, Pierre Alferi, Atiq Rahimi, Yoko Tawada, Jean Echenoz et Gôzô Yoshimasu ainsi que de la poésie classique japonaise et de nombreux mangas d’auteurs.

Après Ce n’est pas un hasard: chronique japonaise (POL) , elle vient de publier L’Astringent (Ed. L’Argol) : un essai sur le goût astringent qui, au Japon, évoque le bon goût et un certain raffinement. L’auteur explique la variété de l’univers astringent à travers un parcours éclairé entre l’Orient et l’Occident qui, du haïku à l’artisanat de l’astringent de kaki, nous introduit à l’étonnante richesse d’un goût, tant esthétique que gustatif.

Lorsqu’un tremblement de terre, suivi d’un terrible tsunami, a frappé le Japon l’auteur se trouvait à Paris, rivée à la télévision. Les images qui s’imprimaient sur sa rétine lui rappelaient d’autres catastrophes antérieures, qui avaient touché le Japon. Pressée par un sentiment irrésistible, elle se met à écrire. Ou plutôt, à « transcrire ». Elle recueille les paroles des uns et des autres : petites voix qui s’échappent dans les médias, accents de la région du nord, liste des noms des sinistrés. Elle s’interroge. Pourquoi cette tentation de superposer les images, de Hiroshima et de Fukushima ? Comment certains artistes en viennent-ils, à anticiper une catastrophe à venir ? Y a-t-il une temporalité propre aux récits de catastrophes ? Pourquoi certaines villes parviennent à se libérer d’un passé désastreux et pas d’autres ? Trois semaines plus tard, l’auteur se rend au Japon. Elle tente de défi nir cette ambiance si particulière d’après la catastrophe, qui permet à l’autocensure de s’installer et qui pousse les individus à adopter insensiblement un comportement inhabituel.

Il s’agit aussi d’un récit sur Tokyo, où elle a grandi. Un mois à penser à Tokyo, atteinte à jamais, à séjourner, parmi les répliques du séisme, dans le quartier de Shinjuku où elle est née. Le souvenir des personnes qu’elle y a connues et les paroles de ses amis qui y vivent croisent l’atmosphère tendue et morose de la ville. Comment se réconcilier avec une ville blessée ?
www.sauramps.com

21/03/2012 - 19:00 to 21:00
X
Association Solidarité Japon 34でのユーザー名を入力してください。
パスワードを入力してください。
読み込み中