une danse pour le japon

Solidarite Japon 34 Event


Solidarité Japon 34 et la Compagnie Didier THERON présentent
Une Danse pour le Japon

le vendredi 1er juillet
18h
Espace Bernard Glandier
Quartier Mosson
Tram ligne 1 / arrêt Halles de la Paillade
entrée par le portail du théâtre Jean Vilar

au programme :
-Reprise exceptionnelle d'HARA-KIRI (création en 2008)
chorégraphie Didier THERON
-Japon, Nippon, ça dépend !
performances chorégraphiques
- autres animations, buvette etc...

Hara-kiri est une arme
Il y a avec Hara-kiri, ce besoin d’un retour sur soi par l’étranger, comme un miroir. Le hara-kiri
est un rituel fort au Japon, qui a une profonde signification dans la conscience collective. Cet
acte de sacrifice et de purification est semblable à nos rituels païens dont Stravinsky s’est
inspiré. Il y a aussi la question de la forme à travers cette culture du Japon marquée par le
signe. Hara-kiri « colle » avec cette préoccupation chorégraphique première : mon intérêt pour
le signe placé au centre de l’écriture. Je développe la danse à travers les signes et leurs
combinaisons mathématiques dans l’espace, le temps, le rythme, et le sentiment naît de cette
géométrie.
Par collage et assemblage, j’accumule et je condense des images et des détails pour
impressionner l’oeil et l’esprit, qui surgissent dans la chorégraphie, détails pris aux peintures
noires de Francisco Goya et aux tableaux de Francis Bacon. Il y a aussi des « signes » de la
danse, des fragments de mouvements "volés" à Béjart, Cunningham, Marin, Bagouet,
Forsythe… qui apparaissent comme saisis.
La pièce est portée par un groupe de danseurs en noir, réduit à six, un groupe qui a plus à voir
avec un univers familial, comme un début de l’humanité. La lumière est une alternance de
couleurs monochromes. La musique de François Richomme, frotte les matières sonores et
expose des rythmiques en distance avec la danse.
Hara-kiri est une réponse au monde, un acte politique dessiné devant nous par la géométrie
des corps, le spectacle de l’Humanité. Hara-kiri est une arme. La pièce se joue de nous, Harakiri,
c’est nous.
Didier Théron

Japon, Nippon, ça dépend!
Deux danseuses et une musicienne japonaises se unissent après le catastrophe du 11 mars au japon. Malgré tout ce qui se passe au japon, nous avons envie de chercher la possibilité culturelle en tant qu'artistes. Nous avons envie de partager tous nos sentiments: la douleur, l'espoir, le courage, à travers une performance expérimentale. Nous proposons une improvisation dans le butte d'être au présent et de rencontrer le réel incontournable tels que les sentiments, les artistes participants, l'environnement (espace, matérielle et sonore), et le public.

http://albums.solidaritejapon.org/sets/une-dance-pour-le-japon/

01/07/2011 - 16:00 to 22:00
X
Saisissez votre nom d'utilisateur pour Association Solidarité Japon 34.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
En cours de chargement